IDeT
Institut de Développement du Thérapeute — Post-Formations

Eprouver pour intervenir avec G.Francesetti

La résonance relationnelle du thérapeute comme guide d’intervention

Le changement dans une perspective du champ

Bulletin d’inscription

- Séminaire de 2 jours -

11-12 mai 2020

Gianni FRANCESETTI, Psychiatre, gestalt-thérapeute, formateur international et superviseur. Membre du NYIGT (institut de Gestalt thérapie de New York). Président de l’IPsiG (institut international pour la Gestalt-thérapie et la psychopathologie) et ancien président de l’EAGT (Association europenne de Gestalt-thérapie).
Il a édité ou co-édité plusieurs ouvrages : Psychopathologie en Gestalt-thérapie ( 2013), Attaques de panique et post modernité ( 2009), L’Absence est le pont entre nous (2017).

Objectifs :

Ce séminaire se donne pour but d’exposer et de mettre en œuvre une méthodologie d’intervention dans une perspective de champ. S’inscrivant dans le cadre théorico-clinique promu par l’IDeT, ce stage permettra aux participants d’identifier - à partir de leur expérience propre en situation - les enjeux en cours au sein de la relation thérapeutique et, simultanément, d’organiser et de guider leurs interventions cliniques.

Ce séminaire est expérientiel ; nous mettrons au travail la notion contemporaine de champ en Gestalt-thérapie afin d’en apprécier la pertinence clinique.

Nombre de places limité (27 personnes maximum)

Référence :

Journal des psychologues

Entretien de Gianni Francesetti avec Florence Belasco paru sous le titre : "Perspective de la gestalt-thérapie sur la psychopathologie - Clinique des attaques de panique" dans Le Journal des psychologues - juillet-aoüt 2018.

Extraits de l’entretien

Florence Belasco - Peux tu alors décrire et illustrer quelle est la posture du thérapeute gestaltiste, puisqu’il ne traite pas directement des symptômes, et n’a pas non plus une vision intrapsychique de la problématique du client ?

Gianni Francesetti - Le thérapeute gestaltiste est avant tout dans une posture de curiosité et d’ouverture, sans à priori et orienté vers la découverte du sens de ce qui se passe. Tout ce qui arrive peut être intéressant. Mais cela demande d’y prêter pleinement attention et de pouvoir séjourner suffisamment longtemps dans cette ouverture.
(...)
Le risque pour le thérapeute c’est d’être pris dans le champ qui s’actualise, de jouer le même jeu : je peux me déprimer avec un déprimé ou y être réactif, je peux me sentir seul avec quelqu’un qui a des attaques de panique ou y réagir, je peux me sentir peu considéré dans un champ narcissique, le subir ou y réagir... mais tout cela n’est pas faire de la thérapie. Faire de la thérapie c’est reconnaitre ce qui se passe, ne pas s’identifier totalement dans ce champ là tout en ayant la possibilité de l’habiter, et rester le plus possible présent quand-même.
(...)
Le fond de la posture c’est de considérer vraiment que ce qui se passe est co-crée. Et le creuset de la thérapie consiste à changer ce que je suis en train de créer avec le patient et non pas à le changer lui, à être moins déprimé quand il est déprimé, moins seul avec lui quand il a des attaques de panique, moins narcissique etc…

Bulletin d’inscription

Informations pratiques

  • Date : Lundi 11 et mardi 12 mai 2020
  • horaires
    • Lundi Accueil 9h30 - puis 10h-13h & 14h30-19h
    • Mardi 9h-13h & 14h30-17h
  • Lieu : Paris
  • Prix : 390€

2015-2019 IDeT
ActualitésContact Liens & CGVPlan du siteMentions légales RSS 2.0